Représenter efficacement la Vallée

Auprès du Gouvernement italien

Les suites de la crise économique générale, les changements rapides sur le plan démographique, social, culturel et identitaire, le bouleversement des cadres politiques traditionnels, caractérisent la réalité italienne actuelle.

Notre autonomie, notamment celle financière, est souvent mise en discussion et limitée par le transfert de compétences en faveur de l’Union Européenne mais également par l’incertitude et la criticité des rapports État-Région, qui ont modifié le principe fondamental de la répartition fiscale à la base de notre autonomie financière.

La dimension montagne avec ses contraintes et nécessités, le système de fédéralisme valdôtain assurant la territorialité des services publics, la subsidiarité et la péréquation, mais aussi la croissance économique et la création d’emplois, l’amélioration du cadre de vie et de travail, la spécificité socioculturelle et le plurilinguisme qui nous caractérisent, et qui représentent autant d’éléments que nous nous devons de continuer à considérer, sauvegarder et promouvoir, doivent pouvoir trouver des interprètes à même de les représenter efficacement auprès du Gouvernement italien, qui, dans la législature qui vient de terminer, s’est démontré disponible à l’écoute et avec lequel un dialogue constructif s’est établi, dans le but de résoudre les questios en suspens.

L’engagement des forces politiques qui se présentent unies dans la liste « Vallée d’Aoste » consiste donc à partager un projet politique pouvant continuer à représenter de la façon la meilleure, au niveau du Parlement italien comme au niveau de la Région, les exigences de la population valdôtaine, sans oublier l’héritage des luttes pour la liberté et la démocratie contre les régimes totalitaires, étant celles-ci des facteurs qui demeurent encore parmi les traits distinctifs fondamentaux de la Vallée d’Aoste et de son peuple.